• Géraldine Rué

Finlande : l'art du sauna

Longtemps, j’ai cru détester le sauna. Autant de chaleur dans un lieu fermé déclenchait en moi des signes avancés de claustrophobie quand l’exercice en lui-même me donnait l’impression de me transformer en légume cuit à la vapeur. Loin d’être associé au bienêtre, le sauna n’était pour moi qu’un lieu de torture dont il fallait en plus payer l’accès. Et puis est arrivé ce séjour où, un peu par correction auprès de mes hôtes et beaucoup pour la beauté des lieux, j’ai décidé de donner une nouvelle chance à cette expérience. J’étais en Finlande dans la région des lacs, et comme par magie, le sauna n’était plus une punition mais un art de vivre.

Le cadre idyllique de la région des lacs est le point de départ de cette histoire : tous les cottages et manoirs où j’ai séjourné durant ma visite étaient au cœur d’une nature calme et silencieuse, et à proximité de plans d’eau dont la surface était si lisse que les paysages apparaissaient en double. Dans ce décor sublime, comment ne pas se jeter à l’eau ? Une première tentative de baignade sans passer par la case sudation se soldera d’un cuisant échec ! L’eau est si froide que je pourrais avoir une pneumonie en y trempant un seul orteil. Grelottante, j’observe le va-et-vient des adeptes du sauna qui rentrent dans cette même eau avec un agaçant soupir de satisfaction… Consciente que je passe sans doute à côté d’une expérience, je finis par me convertir. Ma baignade vaut bien un sauna !


Les saunas finlandais n’ont rien à voir avec ceux existant dans le reste de l’Europe. Souvent peintes en rouge, ces petites cabanes en bois construites à proximité d’un lac ou une rivière ne sont pas des lieux réservés aux élites mais bien des lieux de bienêtre et de convivialité pour tous, même les enfants. La preuve en chiffre : il existe 2 millions de saunas pour 5 millions de Finlandais.


Compartimentés, ils contiennent un vestiaire, des douches, et la pièce de sudation où sont disposés des bancs ainsi que des pierres chaudes qui seront arrosées d’eau pour créer de la vapeur. A l’intérieur de la cabine, la chaleur impose le silence, un calme absolu qui frôle l’état méditatif. Personne ne s’adresse la parole sauf pour proposer de remettre d l’eau sur les pierres brulantes. Après un bon quart d’heure à suer, arrive la baignade dans le lac. S’il est difficile de rentrer dans l’eau, il sera paradoxalement encore plus difficile d’en sortir tant ce bain est agréable.

Beaucoup préconisent de faire trois saunas pour se purifier de ses toxines. Pour avoir suivi ces recommandations à la lettre, je peux témoigner d’une sensation comparable à une renaissance. Comment ai-je pu détester le sauna toutes ces années ?

La sudation associée aux baignades en eau froide aurait des vertus bienfaisantes sur le cœur et les articulations (paradoxalement, le sauna est déconseillé aux personnes souffrant d’une maladie cardiaque). Les Finlandais vont au moins deux fois par semaine au sauna quand d’autres avouent y aller quotidiennement. ‘’C’est pour bien dormir !’’ me dira-t-on à plusieurs reprises.

Il existe trois types de sauna : avec poêle à bois, avec fumée et avec vapeur. Incapable d’en préférer un plus que l’autre car je les aimerai tous, chacun se terminera par cette même sensation de renaissance suivie d’incontrôlables effets soporifiques. ‘’Le sauna fait parti de la vie des Finlandais de la naissance à la mort’’ m’explique une locale. ‘’A une époque, on pouvait même donner naissance dans un sauna car c’est un lieu très propre’’. Sans aller jusque là, le sauna restera quand même le highlight de mon voyage. Et vous qui croyez tout connaître du sauna, vous ne savez rien tant que vous ne l’avez pas fait en Finlande.

5 vues

© 2019 Géraldine Rué. Tous droits réservés.

  • Black Instagram Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now